à quoi s'attendre patron amigurumi
Techniques

Patron d’amigurumi : à quoi peux-tu t’attendre ?

Est-ce que tu as déjà acheté un patron de crochet ou téléchargé un tuto gratuit d’amigurumi ? Si oui, est-ce que tu te souviens de la panique ressentie quand tu as reçu pour la première fois un fichier de dizaines de pages ou au contraire, une simple feuille A4 pas du tout détaillée ? Par cet article, j’aimerais m’adresser aux débutants en crochet, évidemment, mais pas seulement. Lire un patron d’amigurumi, ce n’est pas inné. Et ça peut en ralentir plus d’une à se lancer ! Attention, cet article ne parle pas des diagrammes : cette technique de patron au crochet concerne majoritairement des projets qui m’intéressent moins que les amigurumis. Non, là, tu vas trouver ce que contient un tutoriel d’amigurumi pour t’éclater avant, pendant et après tes créations !

 

 

Lire un tutoriel d’amigurumi : pourquoi cet article maintenant ?

 

Depuis que j’ai commencé ce blog, j’ai dans la tête de te proposer cet article pour analyser le squelette d’un patron d’amigurumi. Sauf qu’avec ma seule expérience de crocheteuse, difficile de mettre le doigt sur ce qui est important ou pas dans un tuto ! Je souhaitais d’abord expérimenter la construction d’un patron complexe pour avoir le point de vue d’un crochet-designer.

 

Avant cela, j’aurais été parfaitement capable de rédiger cet article : j’achète très régulièrement des patrons sur Etsy et Ravelry. La différence, c’est qu’aujourd’hui, je suis en plein dans l’étape de construction de mon propre patron d’amigurumi. Puisque j’ai le nez dedans, je me fais une petite checklist des choses à faire figurer dans mon tuto qui sera en vente bientôt ! En effet, depuis le début, je veille à passer tout ce que je fais dans mon propre filtre. Je te donne ce que moi j’aurais voulu avoir sous le coude pendant ma pratique. Alors j’espère que cet article t’aidera autant qu’il m’aidera moi à mettre de l’ordre dans mes idées !

 

Anatomie d’un patron d’amigurumi basique à comprendre

 

Concrètement tu reçois quoi quand tu achètes un patron sur Etsy ou Ravelry ? Voici un résumé de ce que j’ai toujours eu ou presque dans tous les patrons que j’ai achetés ou qu’un crochet-designer m’a offert gratuitement. D’ailleurs, tu peux voir ci-dessous le patron gratuit que j’offrais sur Instagram à l’occasion d’Octobre Rose.

 

 

Le pack shot, les photos détaillées de l’amigurumi fini

 

Inévitable, il faut bien donner envie au chaland ! La photo du produit fini figure sur la première page. Très souvent, c’est la même photo qui apparaissait dans la fiche produit, celle qui t’a donné envie de cliquer sur le bouton « valider ma commande ».

 

Les photos sont hyper importantes dans un patron. Les couleurs, l’environnement, l’échelle, il faut penser à tout quand on est amigurumi designer ! Mais l’image principale ne suffit pas. Les photos d’un patron, c’est ce qui donne toute la saveur à une création. Elles servent de repères à plusieurs étapes et donnent une idée de ce que tu dois avoir. Il n’y a pas mieux qu’une photo agrémentée d’une mention manuscrite ou d’un petit schéma fléché pour comprendre l’intention du créateur. Les mots ne suffisent pas toujours à expliquer une technique

 

Le niveau de crochet que tu dois avoir pour crocheter le patron

 

Si tu vois un amigurumi de 50 cm de haut, avec 12 points différents et des changements de pelote tous les 5 points alors que tu as commencé le crochet le mois dernier, mets-le dans tes favoris pour l’acheter quand tu auras un peu plus d’expérience. C’est un simple conseil : si tu t’en sens capable, lance-toi. Mais…

 

La plupart des tutos sérieux donnent un niveau à partir duquel crocheter tel ou tel projet est un plaisir. Débutant (beginner), intermédiaire (intermediate), confirmé (expert) sont les références les plus courantes. Néanmoins, il reste très difficile de déterminer son niveau précis.

 

Il n’y a pas de diplôme du crochet où, quand tu maîtrises telle ou telle technique, c’est que tu as passé un palier ! Les niveaux sont donc précisés à titre indicatif mais ne peuvent être objectifs. Un crochet designer déterminera la complexité de son patron par l’utilisation d’une ou plusieurs techniques plus ou moins complexes, la taille du produit fini, et la laine utilisée.

 

Perso, je suis face à un dilemme : j’attends de faire tester mon patron pour avoir des points de vue extérieur. Quand j’ai créé les volumes de mon amigurumi geek, j’ai GALÉRÉ ! Donc à première vue, le patron est plutôt pour un niveau hardcore.

 

Mais après réflexion, et avant la conception du prototype final et des tests externes, peut-être que ce patron est plus facile que je ne le pense ? Peut-être que la difficulté de le créer n’est pas aussi élevée que celle de le crocheter.

 

Les mentions légales d’un patron amigurumi

 

Alors ça, c’est sacré. J’ai le plus grand respect pour les artistes et les mentions légales pour protéger leur propriété intellectuelle est très importante. Je suis la première à signaler une publication Facebook lorsque l’auteur distribue gratuitement un PDF payant d’une créatrice tierce. Le vol, le plagiat me scandalisent. J’ai peur de ça pour mes patrons… Mais la peur n’évite pas le danger, et il est hors de question que je m’empêche de faire ce que j’aime à cause d’ignobles trolls qui n’ont pas d’amour-propre ou de respect… Comme disait Chanel, prenez mes idées, j’en aurai d’autres…

 

Surtout, surtout, si tu lis ces mots, prends le temps de savoir ce que tu as le droit de faire ou non avec les patrons d’amigurumis que tu achètes. Vendre les produits finis en petite quantité, créditer le designer sur les réseaux, ne pas copier ou distribuer le PDF, ne pas utiliser une partie de ce patron pour en construire un quasi-identique et se l’approprier… Respecte le boulot de l’artiste qui te permet de crocheter un amigurumi facilement.

 

mentions légales patron crochet

Les coordonnées du crochet- designer pour se faire aider

 

Souvent, le crochet designer reste à disposition de son client pour répondre à ses questions concernant un de ses patrons. D’où la présence d’une adresse email ou une invitation à contacter le créateur par un formulaire ou sur les réseaux sociaux.

 

N’hésite pas à demander de l’aide si tu es coincée dans ton projet ! Très sincèrement, je n’ai pas encore publié mon propre patron, mais j’imagine que je préfèrerai qu’on me contacte pour que ce patron soit utilisé avec plaisir, plutôt que d’encaisser l’argent et de voir que quelqu’un a rageusement rangé ce tuto au fond d’un placard.

 

Parfois, il suffit de pas grand-chose : changer la perspective suffit à débloquer une situation, je l’ai constaté plusieurs fois pendant ma pratique !

 

Le matériel nécessaire pour crocheter le patron que tu as acheté

 

Même si je t’ai déjà fait un topo sur le matériel indispensable pour débutants en amigurumis, la priorité, c’est de suivre la liste que le crochet designer te propose. Elle peut être très longue ou très courte.

 

Assure-toi d’avoir déjà tout avant de commencer : il n’y RIEN de plus frustrant qu’un projet mis en stand-by parce qu’il manque une perle quelque part et que tu dois attendre de la recevoir par la poste…

 

Suis les recommandations des crochet-designers en termes de taille de crochet et d’épaisseur de laine. Si. Tu es une crocheteuse expérimentée, tu sauras adapter cette liste pour choisir le matos que tu aimes utiliser ou pour arriver au résultat que tu souhaites, mais dans l’ensemble, si tu as flashé sur CE patron, c’est parce qu’il est confectionné de la même manière que te décrit l’artiste : suis ses conseils !

 

Les étapes explicatives pour construire ton amigurumi

 

Sauf quelques exceptions, les amigurumis sont construits en plusieurs pièces à coudre. Dans les patrons de crochet que je connais, les différentes parties sont différenciées. Par exemple, pour un ourson, je n’ai jamais vu un patron d’amigurumi qui détaille tous les rangs en un seul bloc. Souvent, il est précisé si tu travailles la tête, le museau, les pattes, etc..

 

 

Les éléments obligatoires sans lesquels on ne peut pas suivre un tuto d’amigurumi

 

Je viens de te donner l’anatomie d’un patron d’amigurumi, ce qu’on retrouve à chaque fois. Par contre, les éléments que je vais te donner maintenant pour lire un tutoriel d’amigurumi me semblent indispensables pour réussir son projet crochet.

 

Les points employés pendant la création du projet crochet

 

Si tu ne les connais pas encore, rendez-vous sur mon article consacré aux points de base du crochet. Si tu connais tous ces points et que tu t’y es entraînée, tu peux théoriquement faire tous les points d’un patron. Par exemple, la basket stitch, ou point du panier, est faite en relief à partir de brides. Le plus dur reste de savoir où et comment insérer ton crochet pour commencer ces fameuses brides justement.

 

Sur un patron de crochet, j’aime savoir à quoi m’attendre. La plupart des designers indiquent quels points sont à maîtriser pour réaliser le patron sans s’interrompre afin d’apprendre un nouveau point.

 

Les abréviations et le jargon utilisé par l’amigurumi designer

 

C’est un indispensable. On n’écrit pas un patron d’amigurumi comme on écrit une recette de cuisine. Les phrases sont abrégées, certaines parties sont répétitives et tout écrire entièrement ne rendrait la lecture et l’exécution que plus lourde.

 

Ne zappe surtout pas de lire cette étape. Une erreur d’inattention peut te forcer à recommencer tout ton amigurumi. Par exemple, une mc (maille coulée) peut facilement être confondue avec une ms (une maille simple).

 

Il n’y a pas que dans le nom des points qu’on abrège les mots. Il est super important de bien comprendre chaque étape pour économiser du temps (et des nerfs !). Lire un patron d’amigurumi juste avant de le commencer (voire même avant de commander tes fournitures !) te permettra d’avoir un point de vue global sur le travail à faire, et à contacter le designer en cas de doute sur les abréviations qui seraient potentiellement ambigües.

 

Le détail des fournitures utilisées pour obtenir le même amigurumi que sur la photo

 

Soyons clairs : si le patron te recommande l’utilisation d’un crochet de 2mm et de coton Ricorumi, ne va pas acheter un fil peluche à crocheter en 8mm ! Sinon, pourquoi as-tu acheté le tuto ?

 

Les designers sérieux justifient le choix de certaines pièces à se procurer pour réaliser son amigurumi facilement. Par exemple, avant d’en acheter une paire, je refusais d’acheter des ciseaux de broderie. Mes ciseaux scolaires m’allaient très bien ! Aujourd’hui, je me rends compte que ces fameux ciseaux de broderie sont plus petits et plus précis, je ne pourrais plus m’en passer et je comprends les conseils que je lis dans les tutos que j’achète !

 

Concernant les laines à utiliser : perso, j’ai clairement mes préférées, comme tu peux le constater dans mon article sur le choix de son fil. Mais si tu n’as pas la pelote de la marque et de la couleur exacte conseillée par ton patron d’amigurumi, pas de panique ! Un designer sérieux te précisera une information cruciale qui te permettra de t’adapter facilement : le grammage ET la longueur du fil. Les deux vont ensemble.

 

Par exemple : ma chouchou du moment, c’est la Catona. Si je te dis « utilise une pelote de Catona couleur 115 », je te préciserai « … Ou ta pelote de coton préféré de 50g-125m de couleur rouge vif ». Tu pourras alors remplacer la Catona par une Anchor Organic Cotton en teinte 01025, puisque c’est un coton de 50g-125m de couleur rouge.

 

anatomie patron crochet fun

Les éléments d’un patron amigurumi qui dépendent des designers

 

Je vais te faire une confidence : j’achète beaucoup des mêmes designers ou fonctionne par coup de cœur en one shot. Ceci dit, depuis 2014, j’ai une belle bibliothèque de patrons payants. Pour écrire cet article, j’ai évidemment comparé leur structure pour pouvoir te proposer un article complet, appuyé sur plusieurs sources différentes.

 

La dimension de l’objet fini

 

Certains patrons mentionnent la taille de l’objet fini. Avant de construire mon propre tuto amigurumi, je n’y prêtais pas vraiment d’importance. Maintenant, si ! Parce que ce premier patron donne une peluche assez grande par rapport à ce que j’ai l’habitude de crocheter. L’avantage des grands amigurumis, c’est la liberté de détails. Rassure-toi, j’ai l’intention de faire du petit amigurumi rapide ! Mais ça, c’est l’objet d’une autre histoire et d’un prochain article, c’est promis !

 

Bref, avoir la dimension d’un amigurumi te permet plusieurs avantages :

  • Savoir à quoi t’attendre
  • Calculer la taille approximative de la boîte cadeau si tu comptes offrir ton amigurumi
  • Comprendre la quantité de coton ou de laine requise
  • T’adapter à l’usage de cet amigurumi : si c’est du crochet miniature et que tu cherches un cadeau de naissance, tu risques d’être déçue.

L’échantillon

 

Ça, c’est le méga joker de ma checklist. Je ne crochète presqu’exclusivement des amigurumis. Les échantillons ne me semblent pertinents que pour les vêtements où la taille est capitale pour la réussite de son projet.

 

Pour un amigurumi, je sais que certains designers calculent un échantillon car les changements de couleurs ou de volumes demandent une maîtrise parfaite de la tension et d’un nombre de mailles très précis au cm2. Je n’en suis pas là, et même si j’ai un goût prononcé pour le détail qui fait toute la différence, je ne sais pas si je serai un jour prête à pousser les mathématiques jusque-là. Je n’ai jamais crocheté d’échantillon pour mes amigurumis. Donc pour connaître la raison de cette étape préliminaire, je t’invite à poser la question à quelqu’un qui ne peut pas crocheter sans échantillon ! Si tu me lis, d’ailleurs, ton avis en commentaire ou en MP est le bienvenu.

Les finitions

 

L’assemblage des amigurumis semble être une vraie tannée pour beaucoup de crocheteurs et crocheteuses. D’ailleurs je t’ai fait un article pour éclaircir tout ça, n’hésite pas à aller le lire !

 

Mais les finitions, cela peut-être de la broderie, des bordures, des décorations qui donnent tout le cachet à une œuvre crochetée. Je n’aime pas du tout les patrons qui disent « coudre les pièces entre elles », sous-entendu, « j’ai pas le time de t’expliquer ».

 

Chacun son avis, hein ! Mais à mon sens, les finitions sont aussi importantes que le reste du tutoriel d’un amigurumi, tu ne penses pas ?

 

Les références couleur exactes

 

Je t’en parlais un peu plus haut : tu peux te procurer la laine exacte décrite dans le patron de crochet que tu viens d’acheter, décider d’utiliser ce que tu as déjà, ou choisir des pelotes moins chères.

 

Les couleurs sont souvent précisées par référence. Fais bien attention pendant tes commandes en ligne, mon écran m’a joué un sale tour : le rouge écarlate me paraissait parfait pour un projet ou je voulais un rouge profond et franc. J’ai été déçue quand j’ai reçu ma pelote de rouge froid presque rose pourpre. Et en fait, le rouge qui me correspond est le rouge vif, qui m’apparaît orange sur mes écrans… Dingue, non ? Fie toi aux couleurs que le designer te conseille, mais n’hésite pas à jouer avec le cercle chromatique !

Les instructions de certaines techniques

 

Comment on fait le point d’écrevisse ? De quelle manière arrêter la dernière maille du dernier rang ? Comment changer de couleur au crochet ? Alors pour la dernière question… Ouiiii, j’ai encore un article pour toi !

 

Changement de couleur au crochet : l’article qu’il te faut !

 

Chaque designer utilisera des techniques plus ou moins répandues dans ses patrons. J’ai en tête l’exemple de Lalylala qui donne dans ses patrons les techniques spécifiques à ses tutos. S’il y a un point pop-corn, puisque ce n’est pas un point basique, elle te propose son tuto dans le tuto. Chaque étape est bien illustrée et cela permet de ne te référer qu’au patron, et pas aller chercher les techniques à droite et à gauche sur Youtube.

l’upsell au crochet, ou quand le designer te proposer d’autres patrons d’amigurumi via le premier que tu as acheté

 

C’est quoi l’upsell ? C’est le fait de vendre d’autres produits dont l’usage est complémentaire. Un upsell en crochet, typiquement, c’est le fait de te présenter le reste de la famille Simpson en crochet si tu viens de terminer Homer, par exemple. On comprend l’avantage pour le designer, qui présente une opportunité de gagner plus d’argent si le patron t’a plu. Mais en tant que crocheteuse, je trouve cela chouette aussi !

 

Souvent sur Etsy, je tombe sur un coup de cœur, sans m’intéresser au reste des patrons de la même boutique. Je suis donc super contente qu’on propose de continuer sur ma lancée si le tutoriel d’amigurumi m’a totalement conquise.

 

Ne sois donc pas étonnée si à la fin d’un patron, tu en vois un autre du même crochet-designer : n’oublie pas que c’est un artisan que tu peux choisir de soutenir si tu en as les moyens et l’envie !

Les réseaux sociaux où tagguer le créateur/la créatrice

 

On fait du crochet (aussi) pour se sentir fière de ses œuvres. Par un hashtag ou grâce à son Instagram, tu as l’occasion de faire plaisir au crochet-designer à qui tu as acheté un patron. Comment faire ? C’est simple : crochète l’amigurumi qui te plaît, prends-le en photo, et poste-le sur Instagram en tagguant l’amigurumi designer. Voir son travail récompensé par une photo publique rend fier celui ou celle qui crochète, mais aussi celui ou celle qui a créé le patron.

 

La quantité précise de laine/coton nécessaire

 

C’est un point auquel je n’ai pas pensé quand je me contentais de suivre des tutoriels d’amigurumis. Pour moi, la quantité de coton se mesurait en pelotes, tout simplement. Mais je dois admettre que dernièrement, j’ai revu ma position sur le sujet. Et pour cause : s’il te reste 50g de blanc pour un projet qui n’en demande que 20, tu n’es pas obligée de commander une nouvelle pelote. Alors que si tu vois « une pelote de blanc » dans ta liste de matériel, tu en rachèteras une pour éviter de manquer avant de t’apercevoir que tu avais assez de ton reste !

 

C’est pourquoi j’ai pesé toutes mes pelotes avant d’entamer mon troisième prototype.

 

éléments regret achat patron amigurumi

 

Les éléments inhabituels qui me plaisent dans un patron

 

Dans mon jargon marketing, j’adore ce qu’on appelle « l’extra-mile » : ce détail en plus qui montre tout l’intérêt que tu portes à ton client. Par exemple, l’extra-mile à la caisse du supermarché, c’est la dame qui range tes courses dans les sacs quand elle voit que tu as un caddie plein et du monde derrière. C’est un libraire qui te glisse un marque page de ton auteur favori dans le livre que tu achètes.

 

Chez les crochet-designers, j’ai eu droit à des extra-miles que j’ai vraiment appréciés. Voici une petite liste qui m’inspirera certainement pour chouchouter mes clients :

 

  • Les cases à cocher en face de chaque rang: c’est hyper pratique pour garder le fil d’un jour à l’autre sans devoir recompter où tu en es dans le patron. Certes, cela ne fonctionne que si tu imprimes le tutoriel d’amigurumi, mais ça reste une sacrée bonne idée. Merci Ophélie, d’Ahookamigurumi pour ce confort !

 

 

 

  • Le design graphique qui accompagne les photos : J’adore et j’admire les créateurs qui dessinent leurs amigurumis. Valentin Carlettini et Lydia Tresselt prennent l’habitude d’illustrer leurs créations crochetées et je trouve ça juste magnifique. Je ne sais pas vraiment dessiner, mais j’aimerais beaucoup m’essayer à cet exercice pour un amigurumi original.

 

 

  • Les schémas et petits dessins qui permettent de mieux comprendre: comme je te disais, les mots sont parfois ambigüs. Aujourd’hui, il est très facile de schématiser ton intention sur une photo pour comprendre instantanément la technique. J’adore quand cet effort est présent dans les patrons que j’achète, c’est une vraie recherche de confort pour son utilisateur.

 

  • Les vidéos complémentaires au patron : tu l’as deviné, je suis sensible aux attentions des designers. Dernièrement, j’ai acheté un patron de Terre à une créatrice Ukrainienne. Elle a illustré une technique bien spécifique par une vidéo. Je suis allée la voir, et ça ajoute beaucoup de dimension à un tuto je trouve ! Après, tout dépend si tu suis ton patron sur ton iPad ou si tu l’imprimes sur du papier.

 

  • L’histoire qui accompagne un projet: nous, les adultes, sommes des enfants qui avons parfois oublié la magie. Il n’y a RIEN de plus puissant qu’une belle histoire. Je m’en rends compte chaque jour dans mon métier de freelance. Ces histoires, couplées aux images dessinées, rendent le projet crochet tellement inspirant ! Je ne sais pas pour toi, mais moi, ça me motive à finir l’ouvrage, plus que s’il n’y avait pas d’histoire accompagnant le patron.

 

  • Les recommandations pré-crochet : ce critère est à la discrétion des créateurs, mais certaines me semblent indispensables. Par exemple, recommander de broder les yeux au lieu d’utiliser des yeux de sécurité si le cadeau est destiné à un enfant de moins de 3 ans, recommander de crocheter serré pour qu’on prenne conscience de sa tension, etc.. Toutes ces recommandations permettent d’avoir des éléments d’anticipation dans la création, et elles sont toutes très appréciables.

 

Ce qui m’énerve et le type de patrons amigurumi que j’aime le moins

 

Alors là… Tu me connais, je vais être plutôt cash. Cependant, je tiens à rester respectueuse envers les créateurs et créatrices en ne citant pas leur nom. Déjà je trouve cela aussi déplacé que malvenu. En plus, je ne sais pas comment seront accueillis mes patrons, mais je ne voudrais pas figurer dans un article qui flingue tout mon boulot ! Voici, pêle-mêle, les points qui me font regretter mon achat de patron amigurumi :

 

  • les techniques utilisées ne sont pas annoncées au début ;
  • les fautes d’orthographes (une coquille, ça arrive à tout le monde, mais quand il y en a trop, cela me gêne dans mes réalisations) ;
  • les erreurs de comptage (ça, ça me rend dingue !) ;
  • les patrons qui omettent de dire QUAND commencer à rembourrer ;
  • les tuto en anglais qui ne précisent pas s’ils utilisent une terminologie UK ou US (j’ai ma préférence pour US)
  • les explications vagues pour faire un truc méga complexe ( du style, « crochetez la chevelure et fixez-la sur le crâne de la poupée« … Oui oui, mais encore ???!) ;
  • les tutoriels qui sont hyper abrégés ou au contraire, dont les phrases sont interminables.

 

Dans mon ebook gratuit, « 16 choses que tu ignores pouvoir faire avec un crochet », que tu pourras télécharger juste après, les explications ne sont pas abrégées. C’est intentionnel : je tiens à ce que les extrêmes débutants ne soient pas perdus ou rebutés par les abréviations.

 

J’espère que cet article a pu t’aider à savoir ce que tu peux attendre d’un patron d’amigurumi ! Et toi, qu’est-ce que tu attends d’un patron ? Qu’est-ce que tu apprécies le plus trouver dans un tuto de crochet, et quels aspects te rebutent version XXL ?

 

J’ai hâte que l’on puisse en parler en privé sur Instagram ou Facebook… Mais en attendant, je te souhaite bon crochet, et pense à télécharger ton ebook gratuit en remplissant le formulaire ci-dessous ! À très bientôt !

couverture ebook Je Main Muse

Reçois ton ebook gratuit « 16 choses que tu ignores pouvoir faire avec un crochet »

*indicates required


Tu es informé.e que ces informations seront enregistrées conformément à la Politique de confidentialité. En renseignant ton adresse email, ton prénom et en validant ce formulaire, tu souhaites recevoir les newsletters sur les produits, les services et les événements de Je Main Muse.

Sache que tu peux te désabonner à tout moment de la newsletter en cliquant sur le lien de désinscription dans les mails qui te sont adressés. Pour faire valoir ton droit d’accès, de rectification ou d’effacement, contacte-moi : contact@jemainmuse.com.

We use Mailchimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to Mailchimp for processing. Learn more about Mailchimp’s privacy practices here.


**Cet article contient des liens affiliés** : tu m’aides à couvrir les frais de ce blog en passant par mes liens pour passer commande sans payer plus. Mes conseils ne changeraient pas, même sans ces liens ! Tu es libre de commander par un autre moyen, mais si tu choisis de passer par Je Main Muse, merci mille fois !

 

Crocheteuse depuis 2014, Caroline aime surtout faire des amigurumis. Elle mélange cette passion avec d'autres, comme les jeux vidéos et la pop-culture.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *